Dysplasie de la hanche

Héréditaire où de nombreux gènes interviennent, ainsi que l’environnement.
Facteurs environnementaux Suralimentation augmentation de la vitesse de croissance du chiot et sollicitation mécanique excessive d’une hanche encore immature.
Excès d’apport calcique hypoparathyroïdisme chronique secondaire, à l’origine d’un retard de la maturation osseuse cartilagineuse, provoquant une anomalie de l’ossification enchondrale.
Facteurs mécaniques Exercice intensif et précoce Aggraver des lésions de dysplasie préexistantes.
Exercice modéré  prévenir une éventuelle aggravation de la laxité articulaire secondaire à l’amyotrophie.
Race et conformation de grande taille, os épais, de large diamètre, tête large et de grand format, corps lourd et trapu, thorax peu profond, « en forme de tonneau » , peau mal ajustée, épaisse et plissée, graisse sous-cutanée en excès, articulations instables, ligaments et tendons faibles, démarche lente, incoordonnée et maladroite.

Mode de croissance croissance précoce et rapide, maturités physique et sexuelle précoces.

 Signes cliniques

  •  < 6 mois  Anomalie de la démarche venant d'une laxité articulaire sans douleur (« chaloupement » du train arrière, mobilisation simultanée des postérieurs lors de la course, asymétrie de la position assise…)
  • 6-12 mois La douleur entraîne l’apparition d’une boiterie d’un ou des deux postérieurs (refus de descendre les marches, de sauter,…)
  • 10-12 mois Amélioration spontanée de ces symptômes. la démarche redevient parfaitement normale.
  • > 12 mois La boiterie peut revenir à cause de l'arthrose, variabilité individuelle.

 

Diagnostic

Douleur à l’extension et à l’abduction-extension de la hanche, troubles locomoteurs du train postérieur…

Test d’Ortolani : instabilité anormale de la hanche

Radiographie : angle de Norberg-Olsson = tendance de l’articulation coxofémorale à se subluxer.

  • Stade A : indemne de dysplasie angle de Norberg-Olsson > 105° coaptation tête fémorale - acetabulum parfaite
  • Stade B : hanche sensiblement normale angle de Norberg-Olsson ≥ 105° coaptation tête fémorale - acetabulum imparfaite. 100<angle de Norberg-Olsson<105° coaptation bonne.
  • Stade C : dysplasie légère 100<angle de Norberg-Olsson<105° coaptation tête fémorale - acetabulum imparfaite arthrose sur l’acetabulum, le col ou la tête fémorale.
  • Stade D : dysplasie moyenne 90<angle de Norberg-Olsson<100° congruence mauvaise modifications du rebord acétabulaire crânio-latéral + Arthrose
  • Stade E : dysplasie sévère : angle de Norberg-Olsson<90° luxation ou subluxation articulaire ±signes majeurs d’arthrose

 

Législation

    Il convient de noter qu'un arrangement avant toute action en justice est préférable pour les deux parties.
    Bien souvent, malgré de nombreuses précautions, un impondérable peut se passer et les propriétaires de chiens peuvent également avoir une part de responsabilité (suralimentation par exemple).

    La dysplasie coxo-fémorale est un vice rédhibitoire (un vice rédhibitoire est un défaut et donc inconnu de l'acheteur, grave et antérieur à la vente). Une abondante jurisprudence indique démontre que la cause génétique n'est pas la seule responsable (ce d'autant plus si les parents du chiens ont été contrôlés) et que des facteurs environnements ou autres (accidents) peuvent induire une dysplasie.

Protocole pour la lecture officielle par un expert désigné par le Retriever Club de France
Minimum 1 an

Couché sur le dos, les membres postérieurs en extension vers l'arrière (les rotules au zénith). Sous anesthésie générale
A spécifier sur la Radio le nom du vétérinaire et ville d'exercice - la date - le nom de l'animal - le n° du tatouagela race - la date de naissance - et l le côté droit ou gauche du chien.
Une attestation sur l'honneur doit être établie par le vétérinaire stipulant qu'il a bien vérifié le n° du tatouage du chien
Pour être interprétable, la radio doit être parfaitement symétrique et de bonne qualité (les fémurs doivent être parallèles entre eux et parallèles au rachis, la rotule centrée sur l'extrémité distale du fémur, le bassin doit être parfaitement symétrique.

Pour établir le diagnostic radiologique de la dysplasie de hanche, aspect de l'interligne articulaire (equidistance) forme de la tête fémorale et du cotyle (cavité articulaire).